Les rencontres de Jérémy Gobé

Lauréat de la Fondation Bullukian en 2011, Jérémy Gobé (ré)investit aujourd’hui les lieux le temps d’une exposition étonnante et bouleversante: Monuments aux mains.

Ce jeune diplômé des Beaux Arts de Nancy et des Arts Décoratifs de Paris réside aujourd’hui à la Cité Internationale des Arts de Paris, mais c’est à Lyon et plus particulièrement à la fondation qui l’a récompensé et dans laquelle il a résidé qu’il a souhaité présenter ses nombreux travaux.

Ces derniers sont souvent issus d’objets de récupération auxquels Jérémy Gobé souhaite redonner vie. Il utilise pour ce faire diverses techniques dont la sculpture textile, qui donne à ses oeuvres une nouvelle dimension.

"Résident", Bureau de résident à la Cité Internationale des Arts et sangle de tapissier, 2012

« Résident », Bureau de résident à la Cité Internationale des Arts et sangle de tapissier, 2012

Tables, coraux ou encore portes en bois sont ainsi dotés de nouvelles extensions, rajoutées par Jérémy Gobé à l’aide de matériaux tels que la terre, le papier mâché ou encore le tricot.

"Corail restauration", oursin continué en tricot, 2012

« Corail restauration », oursin continué en tricot, 2012

Monuments aux mains est une exposition  qui revient sur les moments passés lors de sa résidence lyonnaise mais surtout sur les nombreuses rencontres effectuées.
Et c’est d’ailleurs sa rencontre avec l’artiste Simone Pheulpin que le jeune homme a souhaité mettre particulièrement en avant dans son exposition. Cette dernière lui a offert une sculpture qu’elle ne parvenait pas à terminer, laissant le champ libre à Jérémy Gobé.
De là est née une collaboration à quatre mains sur cette oeuvre ainsi qu’une série de sculptures et de dessins en hommage à la créatrice.

"Quatre mains, tissus des Vosges et épingles, 2012Sculpture réalisée en collaboration avec l'artiste Simone Pheulpin

« Quatre mains, tissus des Vosges et épingles, 2012
Sculpture réalisée en collaboration avec l’artiste Simone Pheulpin

Au travers de cette exposition, Jérémy Gobé a ainsi souhaité transmettre ses émotions et ses expériences. Reste au visiteur à prendre la main que lui tend l’artiste pour se laisser guider.

L’exposition est à voir jusqu’au 28 février à la Fondation Bullukian
26 place Bellecour, Lyon 2

crédit photos: Jérémy Gobé

Margaux

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s