Délivre de mode

Parce que j’en ai assez que la mode soit trop souvent réduite à la une consommation frénétique et superficielle de bouts de chiffons, j’ai décidé de vous faire partager à travers cette chronique une vision différente et bien plus pertinente de la mode à travers la littérature.

Pour commencer, j’ai choisi La petite robe noire, de Françoise Sagan. Il s’agit d’un recueil d’articles et de réflexions sur l’allure, le vêtement et le style, croisés avec des interviews de figures aussi mythiques et mystérieuses  qu’Yves Saint Laurent, Helmut Newton et le danseur étoile Noureev.
D’emblée, Sagan nous frappe par la justesse de ses remarques. Elle énonce avec naturel et humour des vérités qui nous semble évidentes à tous sans  pour autant parvenir à les formuler.
Loin d’un texte purement théorique sur la mode, Sagan nous livre une série de portraits touchants où se mêlent affection et admiration. L’œuvre nous plonge dans l’univers de ces personnalités fascinantes et inspirantes pour nous faire comprendre l’importance du vêtement dans notre relation au monde. D’une conversation sur la mode, on arrive vite à une réflexion sur les rapports humains et l’interface que représente le vêtement entre l’autre et nous.
Bien plus qu’un vulgaire bout de tissu, le vêtement  sublime la personnalité permettant ainsi de communiquer avec l’autre. Et c’est avant tout pour cela qu’il nous passionne…

Extrait: « On ne s’habille pas pour éblouir les autres femmes ou pour les embêter. On s’habille pour se déshabiller. Une robe n’a de sens que si un homme a envie de vous l’enlever, je dis bien l’enlever pas l’arracher en hurlant d’horreur. Un homme ne vous aime pas pour une robe. Seulement, un jour, il vous réclamera aigrement « cette robe bleue tu sais » (aux orties depuis deux ans), qu’il n’avait pas semblé voir. Les hommes se souviennent des robes, mais leur mémoire est sélective. Evitez les barboteuses. Celles-là ils les « voient » d’abord. Et s’en souviennent ensuite. » F.S.

Luce

Publicités

Une réflexion sur “Délivre de mode

  1. une chronique lumineuse qui atteint son objectif, l’envie de lire ce livre, en dégustant un maca’lyon!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s